Machine Code – Velocity

velocity-FRONTAvec ce Velocity, n’attendez pas de surprise, n’attendez pas la révolution d’un genre déjà bien éculé et dont les codes font désormais office de carcans. La drum’n’bass, même en ayant perdu de son aura « grand public » au profit d’autres dubstep et compagnie, n’en reste pas moins un genre référence dont les productions ne se comptent plus, et qui continue de séduire, tant par ses possibilités d’hybridation que par la facilité avec laquelle elle allume une salle.

Machine Code, c’est un peu le distillat de la drum’n’bass, la teinture mère, l’essence même du truc. Dean Rodell et Current Value, deux artistes plus que confirmés qui collisionnent leur style et leur approche différents dans ce qui apparaît comme plus qu’un simple disque de drum’n’bass. Velocity, tout comme leurs précédents Environments et Under the sun d’ailleurs, n’a clairement pas vocation à sortir des clous. Machine Code ne prétend pas nous fournir autre chose que ce qu’on attend d’eux. Non, leur prétention est ailleurs, elle réside plutôt dans l’idée de faire les choses proprement. De nous sortir un son certes convenu, mais de la qualité la plus pure possible. Et c’est effectivement le cas.

L’intérêt que l’on peut porter à ce disque est de ce fait indissociable de l’intérêt général que l’on porte au genre. Si, comme moi, vous exécrez les intros typiques toutes faites de synthés et voix éthérées transformées, sachez qu’il y en a. Si, comme moi, vous attendez avec impatience le moment ou Dean Rodell se livrera à ses habituels exercices de torture de ce rythme binaire désespérément bloqué à 120 bpm, sachez qu’il y en a aussi. Notre analyse de ce disque se limitera à « bande de bâtârds, ils savent ce qu’ils font ».

On ne pourra pas saluer une volonté affichée de transcender les codes du genre, on ne pourra pas s’extasier devant les risques pris dans l’exploration de genres voisins (ou non). Sachez simplement que Dean Rodell et Current Value font ce qu’ils savent faire de mieux, et que le cru est grand, car les deux Machine Code ont le talent nécessaire pour faire de la drum’n’bass pure, mais qui sort du lot. Et sincèrement, c’est pas donné à tout le monde.

Velocity, de Machine Code, est sorti chez Subsistenz et disponible chez tout bon mailorder qui se doit.

Publicités

2 Commentaires

  1. Pingback: Monolog. "c’est le plus grand sens du désordre auquel je sois parvenu" | Tartine de contrebasse

  2. Pingback: Tout ce dont on aurait aimé vous parler en 2014… | Tartine de contrebasse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :