Silvouplay à l’International

« C’est pas très lounge ici. »  Non, Alex, le moins qu’on puisse dire c’est que ce n’est pas très lounge l’International. C’est plutôt sombre. Forcément plein, ou presque. Des murs gris, par endroits recouverts de nombreuses affiches de musique. Au fond, un grand escalier descend vers la cave où trône la scène. Deuxième bar, plus de monde. Et la musique.

Haut-lieu des nuits parisiennes, le principe de l’International est simple : un bar, des concerts gratuits tous les soirs, plusieurs par soir, suivis en général d’un DJ jusqu’à deux heures du matin. A ce rythme là et à ce prix  là, tout ne se vaut pas. Mais, dixit Corentin, c’est toujours au moins drôle.

Quand nous descendions dans le cave pour rejoindre la scène samedi soir, c’était effectivement plus drôle que bon. Je ne sais même pas le nom du groupe (il n’est pas sur le programme…) qui finissait son set, mais il avait « de la gueule ». Trois gus en combi intégrale rose moulante (du latex ?). Très moulante (trop, Juliette ?). Derrière leurs masques, ils secouent frénétiquement leurs cheveux longs et le reste de leur corps. Très drôle. Pour le reste, je suis incapable de décrire leur son. Il ne m’a pas marqué, je me souviens seulement que je n’étais pas emballé. Mais au moins, ça bougeait bien. C’est déjà ça.

Après un court entracte et une pinte d’Affligem (7€, quand même, les concerts sont gratuits, mais pas les consos…), un nouveau groupe débarque. Silvouplay. Ils sont deux. Un roux, barbu, avec de belles lunettes rouges (qui m’ont rappelé le grand Peter). Et un chauve entièrement rouge, pantalon, t-shirt et chapeau. Une myriade de claviers, une guitare et quelques autres outils électroniques.

Silvouplay @ Divan du Monde | 04.04.09Silvouplay au Divan du Monde, avril 2009 (photo : Vivien Fossez)

C’est plein, c’est puissant. Le premier morceau me fait un peu penser à Justice (pas D.A.N.C.E., le reste de l’album), la guitare en plus. Après, ils tentent quelques incrustations un peu plus rock, sur cette base purement électro. Un mélange plutôt réussi et en tout cas très efficace. Le chapeau rouge chante même un peu, mais là je crois qu’il ferait mieux de s’abstenir. Il n’apporte grand-chose à une musique suffisamment riche en elle-même et sa voix est assez banale. Côté du public, le plaisir est palpable. Dans le sous-sol peuplé de l’International, ça hurle, ça siffle. Et surtout, ça danse. Beaucoup. Il fait chaud, on sue. Et on continue. On bouge, on se bouscule. Il fait soif, on reboit. Une demi-seconde pour ingérer mon demi-litre de jus de mangue (oui, je sais…) et c’est reparti !

Cette fois, ce n’était pas que drôle. C’était surtout bon.

PS : Silvouplay fait aussi des clips. Si vous n’êtes pas épileptique, vous pouvez les regarder (il y en a quelques autres sur Myspace).

Colin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :