Monster X – Hunter. Breakcore, bitch !

Monster X hunterTu sais plus pourquoi, te v’la à moitié à poil entre trois arbres, ça pèle et il fait sombre, et t’as un couteau dans ta main tremblante. Ya un silence de mort et ça sent vaguement la charogne. Lorsque tu fais un tour sur toi-même, tu te rends compte que la seule chose que t’entends c’est tes pieds qui crissent sur le gel qui couvre les feuilles mortes. Sans vraiment avoir le temps de reprendre tes esprits, t’entends un pas lourd et sec qui vient te mordre la gueule. C’est encore lointain mais tu sens le truc monter. Ya pas vraiment de doutes, ce truc, quoi qu’il soit, vient pour toi. Tu représentes probablement le seul bout de viande vivante à des kilomètres à la ronde, y’a un truc globalement affamé qui en veut à ton jarret et qui s’approche aussi vite que le soleil se couche. Tu te mets en branle, tu t’actives un peu, faut pas rester là. Et puis tout s’accélère, tout prend mouvement, et son à la fois. Te v’la assailli, dans ta fuite, par un régiment de sonorités qui s’enchaînent et qui t’enchaînent. T’en prends plein la face que Hunter est même pas encore terminé… et voilà déjà que les manatees prennent le relais. Tu comprends pas beaucoup plus. ça vrille dans tous les coins. Rien à quoi se raccrocher, c’est le bordel le plus total, quand tu penses qu’il n’y a plus de place pour y ajouter quoi que ce soit, le monstre en remet une couche, accélérant le bouzin au passage. Et alors que t’es en pleine vrille et en perte totale d’altitude, v’la qu’arrive qu’on sait pas d’où, une espèce de… mélodie ??

Tu viens de commencer à comprendre ce qui t’arrive… breakcore, bitch !

Tu n’es pas au bord de ton petit étang automnal, dans une ambiance barbue éthérée, bien calé dans ta doudoune camouflage et ton siège de camping, à attendre que le canard veuille bien venir se repoudrer le bec devant ton canon, pour ensuite aller partager le magret aux airelles avec tes potes en écoutant du néofolk de bucherons qui miaulent comme des castrats.

Ah non, mon gars, t’es plutôt en mode sang sur les main, tu vois, mais le tiens, à te tenir la tripaille tout en courant dans un chablis, pour éviter de finir en charpie. Dans l’histoire, c’est toi qu’on chasse, et c’est Monster X lui-même qui s’en charge.

Cet EP ne t’offrira que peu de repos, et t’as cru pouvoir souffler au début de Smash, mais non, mon grand, le morceau fait honneur à ce qu’il annonce, il est comme ça, Monster X, la dentelle il connaît pas. Alors tu prends les coups dans les reins, ça grind sec et ça déboîte le bide. T’en as marre. Tu veux rentrer chez toi écouter du Sufjan Stevens. Allez, encore un petit effort, Monster X n’en a pas fini avec toi. Eradicate the opposition, mais surtout eradicate ce qu’il te reste de neurone ! Cinq minutes de violence pure et gratuite, mais cette fois avec beaucoup d’humour. Monster X a fini de chasser, il t’a chopé pour te bon, et maintenant il glousse en se demandant avec quel outil il va finir de te charcuter le crâne. Et vas-y que ça sautille dans tous les coins, ça te mandale comme il faut, c’est débile a souhait mais tu n’en prends pas moins cher.

Allez, sèche tes larmes, cette fois c’est fini, tu vas pouvoir te traîner dans la cuisine et te faire un grand verre de lait de coco pour te remettre de tes émotions. Tu verras. Avec le temps tu t’y feras. C’est comme les vidéos d’enfants morts sur les plages turques.

Monster X – Hunter. Chez murder channel. Ici.

Ehoarn

Advertisements

2 Commentaires

  1. S’écoute en jouant au jeu éponyme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :